Les panneaux solaires que nous connaissons sont rigides et onéreux. Leur installation nécessite des surfaces planes et leur mise en place n’est pas toujours simple. Nous avons l’habitude des toits de bâtiments recouverts de panneaux photovoltaïques. Mais le SprayLD pourrait permettre de tirer profit des avantages de cette méthode de production en se libérant de ses contraintes.

Un procédé révolutionnaire et économique

« Mon rêve est qu’un jour, des techniciens munis d’un sac à dos à la ‘Ghostbusters’ viennent chez vous pulvériser votre toit », explique le chercheur de l’Université de Toronto I.Kramer. Avec son équipe, il a développé un procédé révolutionnaire qui permet de projeter des cellules solaires sur des surfaces souples, à l’image d’une bombe de peinture ou de l’impression des journaux. Jusqu’à aujourd’hui, le système consistait à incorporer des matériaux sensibles à la lumière à l’aide d’un traitement par lot, ce qui a l’inconvénient d’être lent et très onéreux. Mais le SprayLD brise cette contrainte. Il permet de pulvériser ces matériaux sensibles à la lumière (points quantiques colloïdaux). Simple de mise en place, le procédé a le mérite d’utiliser des composants à bas coût et faciles à trouver sur le marché. « C’est quelque chose que vous pouvez construire à partir de matériaux de récupération », ajoute I. Kramer. Selon lui, «cela permet d’envisager une solution sans compromis afin de passer du traitement par lots au roll-to-roll. »

Une démocratisation possible

La disponibilité des composants nécessaires à l’utilisation du système que les chercheurs ont mis en place laisse envisager une démocratisation dans les années à venir. Outre les obstacles financiers qui s’effondrent avec une telle méthode, le SprayLD a deux avantages primordiaux qui pourraient le propulser dans notre vie quotidienne. D’une part, il offre un rendement plus élevé que le photovoltaïque traditionnel. Le vice-doyen de la Faculté des Sciences de l’Université de Toronto, Ted Sargent, affirme que « la technologie solaire par point quantique réalise des progrès en termes de performance » et qu’ « il devient important de déterminer comment rendre cette nouvelle technologie solaire manufacturable ». D’autre part, il pourrait être utilisé sur un grand type de support. Aujourd’hui, l’utilisation des panneaux solaires est limitée aux supports sur lesquels ils peuvent être installés. Mais le SprayLD permettrait de transformer n’importe quelle surface en productrice d’énergie solaire : le mobilier urbain, le toit d’une voiture… Les limites pourraient disparaitre et la technologie s’implanter dans notre vie quotidienne.   Sources :http://www.enerzine.com/1/17937+une-nouvelle-technique-de-pulverisation-solaire+.htmlhttp://hitek.fr/actualite/sprayld-nouveau-spray-revolution-panneaux-solaires_4473