Et si les micro-algues devenaient une alternative durable au pétrole dans la production du bitume. Voici le défi que s’est lancé un projet collaboratif en Pays de la Loire

Plusieurs partenaires interdisciplinaires

Nommé Algoroute et financé par la région des Pays de la Loire, ce projet est l’émulation collective de nombreux partenaires interdisciplinaires. Il réunit ainsi l’IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux), le GEPEA (Génie des Procédés Environnement – Agroalimentaire), Algosource (entreprise spécialisée dans la production et valorisation de micro-algues), le laboratoire CEISAM (Chimie et Interdisciplinarité : Synthèse, Analyse, Modélisation) et Alpha Biotech (Producteur de Magnésium et de Spiruline Marine).

Raréfaction du pétrole et transition énergétique

Pour ces entités, l’objectif est très clair : trouver une alternative durable et écologiquement viable au pétrole. Utilisées depuis plusieurs années dans les industries alimentaires ou cosmétiques, les micro-algues ouvrent naturellement une nouvelle voie vers la mise en place d’un procédé de production de bio-bitume. Selon Algoroute, ce nouveau matériau pourrait à terme se substituer au pétrole et essayer de répondre à la problématique de rénovation de 70 000 km de voies bitumeuses en France chaque année.

Plusieurs procédés à la loupe

Actuellement plusieurs procédés de transformation de la biomasse micro-algale sont à l’étude. Ces chercheurs ont pour le moment concentré leurs recherches sur les propriétés du matériau hydrophobe issu de ces micro-algues. L’objectif à court terme est de produire des échantillons d’enrobés (liant / granulat) pour pouvoir déterminer leur durabilité. L’impact, le coût environnemental et les problématiques de d’industrialisation du procédé sont aussi en cours d’analyse.

Source : Algoroute