Depuis quelques années déjà votre souris d’ordinateur fonctionne sans fil, votre téléphone aussi et votre ordinateur… Les câbles d’alimentation ont progressivement été remplacés par des batteries et nos appareils sont vraiment devenus mobiles. Pourtant, les batteries ont leur limite et nombreux sont ceux qui ont déjà fait l’expérience de la batterie vide. La recharge est alors inévitable et le câble du chargeur est alors indispensable. Mais pourrait-on s’en passer ?

De l’électricité dans l’air

Y a-t-il de l’électricité dans l’air que l’on pourrait directement exploiter ? La question a été posée de nombreuses fois et la réponse est difficile à apporter. Pourtant, il pourrait exister un moyen.

En effet, on retrouve dans l’air de l’hydrogène en grande quantité. Nous sommes capables d’exploiter ce gaz pour propulser des voitures, chauffer des installations et même stocker de l’énergie (en savoir plus : l’hydrogène fait sa révolution). La difficulté réside plutôt dans la capacité à capter le gaz ou à le produire. Mais une solution innovante pourrait révolutionner l’apport d’énergie en mobilité : le graphène, le graphique de carbone présent dans les mines de crayon, aurait la faculté de « filtrer » l’air pour ne laisser passer que l’hydrogène.

Avant qu’un tel procédé ne soit opérationnel, il va encore falloir patienter quelques années. Et il est aussi possible que la technologie ne soit pas pertinente pour un usage de masse. Mais les champ des possibles ouvert par cette innovation permet d’envisager un renouveau de nos modes de production.

D’ici là, bien que l’air ne puisse pas être exploité directement comme source d’énergie, on sait déjà l’utiliser comme un vecteur de transport d’électricité. Grâce au champ magnétique, les scientifiques arrivent à faire passer dans l’air l’électricité entre deux points, sans contact. Le principe est relativement simple et s’appuie sur des techniques connues depuis longtemps. Il peut même être miniaturisé pour être utilisé dans nos appareils mobiles.

Des innovations à court-terme ?

En Allemagne, un bus de transport public un peu particulier est en circulation : sur la carrosserie, aucune trace d’accès à un réservoir. Et quand il passe devant vous, il est silencieux et propre. Ce bus est électrique. Pourtant, il roule toute la journée, sans jamais être à cours d’énergie.

Ce véhicule collectif d’un nouveau genre dispose sous son moteur d’un capteur d’électricité sans fil. Chaque fois que le bus s’arrête au dépôt à la fin de sa boucle, les batteries sont rechargées en exactement deux minutes. Sous l’emplacement de stationnement, une bobine alimentée en électricité utilise un champ magnétique qui est automatiquement capté par le récepteur installé sous le bus. Sur la base d’un procédé un peu comparable à l’induction utilisée dans les plaques de cuisson, ce champ magnétique est récupéré sous forme d’électricité.

Si ce système est déjà en fonctionnement, on peut envisager son utilisation par les particuliers sous peu. Cela nécessiterait bien sûr des équipements adaptés, pour l’instant très couteux.

Il y a fort à parier que cette technologie ne sera pas en série sur les véhicules neufs dans un futur proche. Mais les perspectives semblent tout à fait réjouissantes.

Sources :