Airbnb, Blablacar, Uber, des services qui bouleversent nos usages au quotidien. L’économie du partage a déjà profondément transformé l’industrie de l’hôtellerie, du voyage ou celle des transports. Mais arrivera-t-elle à changer le monde de l’énergie ? Une question difficile à laquelle la start-up israélienne Yeloha tente désormais de répondre en proposant d’ouvrir un réseau global de partage de l’énergie solaire.

Yeloha, ou la possibilité d’une énergie solaire partagée

L’idée de Yeloha s’appuie sur le fonctionnement des plateformes peer-to-peer et a le même objectif : permettre d’ouvrir à n’importe qui l’accès à un service. Dans ce cas précis, il s’agit de l’énergie solaire.

Vous n’êtes pas propriétaire d’une maison, votre toit ne correspond pas aux critères d’une installation de panneaux solaires ou vous n’avez pas les moyens pour un tel dispositif, la plateforme Yeloha met alors en relation des propriétaires de panneaux solaires avec les demandeurs de cette énergie renouvelable. Un tiers de l’énergie produite par un propriétaire est conservé pour ses propres besoins, et les deux tiers restants sont redistribués aux demandeurs inscrits sur la plateforme. La startup se fait alors l’intermédiaire pour les « transactions » : le demandeur achète des « crédits solaires ».  L’un des avantages annoncés est bien sûr le prix, disruptif par rapport au marché.

Cette innovation économique pour le secteur des énergies propres surfe sur la tendance de la « sharing economy » et s’adapte ainsi parfaitement à la conjoncture actuelle des États-Unis. En 2014, sa capacité en énergie solaire a en effet augmenté de 34%, selon  la récente étude de Solar Energy Industry Association.

Le test se fait pour l’instant à l’échelle de l’État du Massachusetts, mais l’ambition de Yeloha est bien de s’étendre à tout le territoire des États-Unis. De quoi ouvrir de nouvelles perspectives pour le marché de l’énergie ?