Marché de capacité, comment sécuriser l’approvisionnement électrique ?

Si la production et la consommation d’électricité sont stables la majeure partie de l’année, certaines périodes de pointe, dues pour l’essentiel aux conditions météorologiques, entraînent une surconsommation soudaine et par conséquent une tension sur le réseau.

Parce que l’électricité n’est hélas pas une matière qui se conserve, il est impossible pour les fournisseurs de stocker l’excédent pour le distribuer en temps voulu. Afin de sécuriser l’approvisionnement sur le réseau et ainsi éviter le black-out, le législateur a projeté en 2012 de mettre en place un marché de capacité, sur le même modèle que ceux établis dans d’autres pays, à commencer par les États-Unis. Un système devenu une réalité inscrite au Code de l’Énergie français en janvier 2017.

Rattraper le déséquilibre de consommation

Alors que la consommation d’électricité en France s’est stabilisée ces dernières années à environ 60 GigaWatts par jour, la donne change ponctuellement en hiver, au point d’atteindre des sommets lors des périodes de grand froid. C’est ainsi que le 8 février 2012, le record a été battu avec 102,1 GW consommés lors du pic d’une vague de froid qui avait traversé la France pendant 13 jours.

Ce déséquilibre entre un temps long stable, avec une tendance à la baisse, et de fortes demandes ponctuelles, entraîne une gestion à flux tendu de la production. Cette inégalité a conduit à la création d’un système obligatoire visant à équilibrer et à sécuriser la production toute l’année : le marché de capacité.

Celui-ci permet de valoriser la production électrique en plaçant en parallèle la capacité à produire chez les fournisseurs et leur capacité à effacer auprès de leurs clients. Autrement dit à abaisser leur consommation pendant les périodes de forte demande, et cela contre une rémunération incitative.

La capacité de fournir et d’effacer en temps voulu

Fixé par un décret en décembre 2012, le marché de capacité français été officialisé le 1er janvier 2017, après validation de la Commission européenne qui a demandé – et obtenu – qu’il soit ouvert aux pays étrangers.

Les fournisseurs d’électricité doivent désormais être en mesure de prouver qu’ils ont les capacités de fournir leurs client lors des périodes de pointe et/ou d’apporter un effacement permettant d’abaisser la consommation. Dans un cas comme dans l’autre, RTE certifie cette capacité, des certificats que les fournisseurs doivent acheter.

Les garanties de capacité peuvent aussi s’échanger entre producteurs, fournisseurs et opérateurs d’effacement  sur des places de marché dédiées.

Chaque période de pointe est quant à elle indiquée par RTE qui se base sur les prévisions météo et la tension électrique en cours, des données avec lesquelles il détermine en parallèle le niveau d’obligation des fournisseurs.