Alors que l’on parle d’âge de l’accès pour décrire notre nouvelle ère industrielle, on oublie souvent que sur le continent africain 622 millions d’habitants n’ont toujours pas d’électricité. Akon – artiste-rappeur d’origine sénégalaise – s’est ainsi donné pour mission de rendre accessible l’électricité dans les zones les plus isolées de l’Afrique. Une mission philanthropique.

Des kits et une académie solaires

Son idée est de lancer des kits solaires (des dispositifs solaires à usage domestique ou collectif) pour une dizaine de pays africains via son association, Akon Lighting Africa. L’Afrique est en effet le pays idéal pour investir dans le solaire avec 320 jours d’ensoleillement par an.

Pour développer son projet à cette grande échelle, l’artiste a pris l’initiative de s’appuyer sur une dynamique conjoncturelle, la démographie de son pays. Il a ainsi annoncé lancer une académie du solaire au Mali. Pour rappel, 70% de la population est âgée de moins de 35 ans. La formation est donc un levier essentiel pour développer les compétences et les savoirs autour des industries du futur.

Cette école supérieure aura pour vocation de former aux métiers de secteur de l’énergie solaire. Elles est destinée aux entrepreneurs, ingénieurs et techniciens africains de demain et a pour objectif de renforcer les micro-grids dans les zones rurales.

Après Internet.org , le projet de Facebook pour booster le nombre d’internautes, ou celui de Google avec Loom , Akon s’engage pour ouvrir la voie de l’énergie pour tous.