Une équipe de recherche suggère d’utiliser l’énergie thermique des grands lacs suisses pour chauffer et climatiser le pays. Le lac Léman pourrait fournir 1 gigawatt d’énergie pour Genève, permettant d’éviter la combustion de centaines de tonnes de fioul et ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre. S’il s’agit pour l’instant de théorie, la promesse est alléchante.

Tirer profit des lacs suisses

Une étude de l’institut de recherche Eawag publiée dans le journal spécialisé Water Resources Research, suggère que la Suisse pourrait climatiser et chauffer ses villes grâce à l’eau de ses lacs. Le professeur Alfred Wüest, auteur de l’étude, propose d’exploiter l’énergie thermique des profondeurs des lacs grâce à des pompes à chaleur et des circuits d’eau froide.
Il ne s’agit pas de transformer l’énergie cinétique d’un courant d’eau en électricité par le biais d’une turbine à utiliser pour le chauffage ou la climatisation. Pour le Professeur Wüest, nous pouvons directement transférer l’énergie thermique du fonds des lacs à la surface.

Loin sous la surface, les grands lacs ont une température constante de 4 °C. En été, ce froid peut être utilisé par les systèmes de climatisation. En hiver, des pompes à chaleur pourraient accumuler ces quelques degrés petit à petit, pour obtenir assez d’énergie pour un système de chauffage.

En revanche, les pompes à chaleur géothermiques utilisées actuellement fonctionnent à partir de 10°C. Une température si basse nécessiterait plus de travail pour la pompe et une rentabilité moins importante.

Une énergie propre

Selon l’équipe de recherche, une variation de la température de plus ou moins 0,5°C n’a pas d’impact écologique sur les lacs. Or, le prélèvement d’un gigawatt d’énergie pour se chauffer n’entraînerait que 0,2 degré de refroidissement dans un lac d’une taille comparable à celle de lac Léman.
La perte d’un gigawatt d’énergie est minime en comparaison des 120 gigawatts que les lacs suisses perdent chaque année en raison du rayonnement infrarouge. Les variations de température seraient donc minimes dans les grands lacs.

1 gigawatt d’énergie représente l’équivalent de la production d’un réacteur nucléaire. Les chercheurs estiment que si tous les lacs sont mis à contribution au maximum, près d’un million de Suisses pourraient être approvisionnés en énergie de cette manière. Puisque dans le pays, 65% du chauffage provient de l’énergie fossile (fioul), cela pourrait représenter une réduction importante des émissions de gaz à effet de serre.

 

Source : De grandes réserves d’énergie dans les lacs