Transition énergétique : les objectifs des entreprises et des collectivités

Promulgué en mai, le décret tertiaire, longtemps attendu, a finalement été suspendu par une décision du Conseil d’État le 28 juin 2017. Mais quelle que soit la forme, quel que soit le texte de référence, les objectifs des entreprises et des collectivités dans la transition énergétique demeurent identiques : baisser la consommation énergétique de leurs bâtiments, contribuer à la réduction des gaz à effet de serre, trouver de nouvelles manières de maîtriser globalement l’énergie et participer à la production d’énergies renouvelables.

Car si l’objectif à atteindre est vital pour l’avenir, l’enjeu est aussi beaucoup plus immédiat : faire des économies. Et cela passe en priorité par l’efficacité énergétique basée sur un système intelligent. De plus, le 2 août dernier, la terre a atteint son jour du dépassement. La planète a consommé toutes les ressources naturelles qu’elle peut produire en une année. Ce « jour du dépassement de la Terre » survient toujours plus tôt.

La loi de transition énergétique : une boîte à outils pour le changement

Si le décret tertiaire est suspendu, la loi du 17 août 2015, relative à la transition énergétique pour la croissance verte, est plus que jamais d’actualité. Elle englobe d’ailleurs tous les strates du territoire français : État, collectivités, entreprises et particuliers, réunis pour atteindre plusieurs objectifs communs sur les 15 et 30 prochaines années. Loi fourre-tout pour certains esprits chagrins, elle est surtout une boîte à outils qui indique un cheminement clair pour chaque secteur et les moyens d’y parvenir.

Le texte met ainsi principalement en avant la consommation énergétique des bâtiments. Lieux de vie et économiques où la consommation d’énergie est la plus importante, les bâtiment permettent aussi une marche de manœuvre notable, aussi bien dans la rénovation que dans les nouvelles constructions. Ainsi, pour les bâtiments publics, le texte indique les grandes lignes de la transition : « Toutes les nouvelles constructions sous maîtrise d’ouvrage de l’État, de ses établissements publics ou des collectivités territoriales font preuve d’exemplarité énergétique et environnementale et sont, chaque fois que possible, à énergie positive et à haute performance environnementale »

Objectifs

Par définition, la transition énergétique vise à modifier en profondeur la production d’énergie pour aller de plus en plus vers une énergie durable et donc renouvelable. Il s’agit dès lors de mobiliser tous les acteurs de la société, particuliers, entreprises, industries, collectivités, qui utilisent et, éventuellement, produisent de l’énergie.

Les grandes entreprises sont aujourd’hui les premières à investir dans la transition énergétique et dans de nouveaux modèles de construction ou de rénovation.  Elles sont à l’heure actuelle plus enclines à développer des solutions pour abaisser leur consommation, quand les moyennes et petites structures n’estiment pas le retour sur investissement suffisamment rapide pour se lancer. À tort quand on sait qu’il est possible d’abaisser sa consommation rapidement, sur des postes clés, avec des solutions innovantes et simples à mettre en place, le plus souvent intégrant des solutions digitales.

De leur côté, les collectivités doivent agir sur la consommation de leurs bâtiments publics comme les écoles ou encore les mairies. Connaître la consommation et les dépenses de chacun d’entre eux précisément est une première étape fondamentale pour atteindre petit à petit les objectifs fixés par la loi, pour ensuite voir sa facture d’électricité diminuer au fil des ans.

Moyens innovants

Les solutions innovantes qui prônent un système intelligent d’efficacité énergétique sont donc les premières à envisager. Grâce à des partenaires qui permettent à la fois de construire une vision à court et à long terme et qui offrent un véritable accompagnement – de l’audit, au plan d’action puis dans la continuité avec le monitoring de la consommation – le retour sur investissement s’annonce rapide et efficient.

Il est ainsi nécessaire de prioriser les retours sur investissement rapides en commençant la rénovation par les petits détails qui sont pourtant déterminants : changer des pièces usagées qui entraînent une surconsommation par exemple. Puis par la mise en place d’un réseau intelligent qui contrôlera en permanence la consommation.

Alors, la transition énergétique, des mesures contraignantes ou une formidable opportunité d’évolution et d’économie ?

Focus : Le décret tertiaire suspendu

À mesure que les gouvernements et les ministres changent, ou que des décisions en haut lieu tombent, les mesures sont elles aussi modifiées ou suspendues. Il en est ainsi du décret tertiaire qui, après des années d’attente, a été mis en place en mai 2017 pour finalement être retoqué en juillet par le Conseil d’État, avec un avenir qui semble une nouvelle et énième fois compromis … pour le moment.

Son but était d’obliger à la rénovation des bâtiments du secteur tertiaire de plus de 2000 m² pour améliorer leur performance énergétique avec, pour premier horizon, un bilan en juillet 2020. Les prérogatives du décret avaient pour but de faire baisser la facture énergétique : que le texte soit promulgué ou non, ses fondements restent pertinents. La loi de transition énergétique prend bien sûr le relais dans ses propres termes, mais les outils précis que proposait le décret peuvent toujours s’appliquer et la compléter, pour qui veut entrer de plein pied dans la transition énergétique et faire des économies.