Pour Joël de Rosnay, écrivain scientifique, prospectiviste, conseiller de la Présidente d’Universcience et président exécutif de Biotics International, l’avenir est une passion. En nous répondant, il a d’ailleurs paraphrasé Woody Allen : « c’est là où je vais passer le reste de ma vie » !  Pour lui, la futurologie est à la fois une science, une technique et un art. Il l’applique à la Cité des Sciences en tant que Conseiller de la Présidence pour proposer des nouveaux thèmes d’exposition ou développer des technologies adaptées au fonctionnement interne. Prospectiviste, il exerce le métier de consultant pour des entreprises et les aide à prévoir les nouveaux marchés résultant de la convergence de technologies variées, biologiques, numériques, écologiques.

Que peut-on attendre du monde de l’énergie dans les années à venir ?

La réussite de la transition énergétique pour les 50 prochaines années dépend d’un certain nombre de paramètres fondamentaux. Elle est plus complexe que l’on ne le pense car certains pays sont engagés de manières différentes sur le long terme. Il n’y a donc pas seulement la nécessité de modèles, de la communication, de décisions unilatérales, mais aussi de la participation citoyenne pour la construction du futur énergétique, c’est-à-dire une ouverture vers une démocratie énergétique. Ce qui implique la convergence des 3 E c’est-à-dire : économie d’énergie, efficacité énergétique et énergies renouvelables, combinées dans un Mix énergétique et distribuées par une grille intelligente RITE (réseau intelligent de transfert d’électricité ou Smart Grid) et ceci dans le cadre d’une collaboration internationale.

Quelles évolutions seront apportées par les smart grids ?

Les Smart Grids joueront un rôle fondamental dans la transition énergétique car elles sont le catalyseur de la mixité énergétique. Déjà, l’Europe se préoccupe d’une Smart Grid européenne dans le projet Grid4EU coordonné par ERDF. Déjà, des bâtiments à énergie positive sont en construction dans le monde, allant même jusqu’à des «Smart City», des villes à énergie positive régulée par des Smart Grids. Qui dit énergie positive dit possibilité de partage d’énergie entre les particuliers. D’où l’importance de ce que j’appelle l’EnerNet.

Qu’est-ce que l’enernet ? Quels sont ses atouts, ses enjeux ?

Avec la connexion des smart grids entre elles, on est en train de créer un « EnerNet », un Internet de l’énergie partagée en P2P (peer to peer ou pair à pair). L’EnerNet résulte du mariage du numérique et de l’énergétique, une révolution encore plus importante que celle d’Internet pour les 30 prochaines années. Son enjeu est la nécessité de décentralisation des productions énergétiques, qui va souvent à l’encontre des structures centralisées et pyramidales, et donc des pouvoirs établis.

Peut-on parler de Révolutions Énergétiques ?

Oui, mais les révolutions énergétiques ne seront pas seulement technologiques. La réussite de la transition énergétique passe d’abord par l’adaptation des modèles actuels de production et de distribution. Ensuite par l’avènement de la démocratie énergétique participative qui motive et responsabilise les citoyens, enfin par la décentralisation, le Mix, les réseaux intelligents, les économies d’énergie. C’est une approche multidimensionnelle, aujourd’hui mal adaptée aux rapports de force en cours dans le monde, lesquels conduisent à des affrontements entre partis ou entre gouvernements. L’approche multidimensionnelle est mieux adaptée aux rapports de flux, énergétiques, financiers, de connaissances, lesquels s’ouvrent vers le partage et la solidarité internationale.