A l’occasion de la COP21 et le temps d’une interview accordée à Challenges, Jeremy Rifkin nous fait entrer dans le XXIe siècle. Au programme : un véritable retour vers le futur avec la 3e révolution industrielle et ses préceptes en matière de croissance durable.

L’Internet des objets à la genèse de l’Homo Energeticus

C’est sur la genèse de la 3e révolution industrielle que revient en premier cet essayiste et prospectiviste, celle à la confluence du développement des énergies renouvelables, de la communication et du transport.

Cette nouvelle ère fait suite à celle de la vapeur, du charbon, du télégraphe – d’une part, et d’autre part à celle des énergies fossiles, télécoms centralisées, téléphone. Pour lui, elle se résume aujourd’hui en un acronyme : l’IoT (ou Internet des objets). Derrière ce concept, il s’agit de comprendre :

 » … la numérisation des transports, de l’énergie et de la communication avec la multiplication de capteurs qui génèrent des données et communiquent entre eux. »

Et c’est à la croisée des énergies vertes, d’Internet et des nouveaux modes de transports – tels que les véhicules autonomes – que chacun connaîtra une forme d’empowerment – soit la capacité de rendre les individus autonomes dans la production de services, usages et domaines jusqu’à lors réservés à l’industrie, à l’image du stockage de l’énergie.

Vision utopiste ?

L’économiste ne s’arrête pas là : il parle de cette nouvelle économie du partage qui conduirait le système capitaliste actuel à changer. Pour illustrer son propos, il s’arrête sur le cas de l’Allemagne où il a conseillé la Première Ministre Angela Merkel afin de faire son entrée dans  la « Troisième Révolution Industrielle« . Résultat ?

« en l’espace de 10 ans, le pays produit lui-même sa propre énergie avec l’installation de milliers de mini-centres de production d’énergie solaire et éolienne sur les bâtiments et habitations. Nous en sommes à 27% d’énergies renouvelables, et l’objectif est de passer à 35% d’ici 2020, et même 100% en 2040!»

De même, celui de la région Nord-Pas-de-Calais avec son programme de rénovation thermique pour 12.500 logements sociaux. Et d’ici 2021, cet objectif passera à 100.000. Les habitants seront capables de produire leur propre énergie grâce aux innovations dans les renouvelables. C’est une ambition qui impliquera aussi la génération millennials via la création d’université zéro carbone. Au programme : rénovation des bâtiments et production autonome de l’énergie. Un modèle que Jeremy Rifkin verrait bien s’étendre en France.

Alors utopiste ? Pas tellement, à regarder le fil Twitter du Nord-Pas-de-Calais (@NPdCla3emeRI) qui allie révolution des télécoms, passage aux énergies vertes et transformation du parc immobilier – peut-être un peu plus dans sa vision du citoyen auto-entrepreneur de son énergie, de ses services et biens de consommation. Car ces nouveaux services posent également la question de la professionnalisation des particuliers qui via l’économie collaborative trouvent de nouveaux moyens de monétisation non-réglementés pouvant aussi participer au côté obscur de la sharing economy, à savoir la précarité d’un système.

Source : Challenges.