500 capteurs d’ici à fin 2017 pour un budget de 3,1 millions d’euros accordé par la National Science Foundation, ce sont les chiffres annoncés pour le projet Smart City « Array of Things » de la ville Chicago. L’idée : permettre à Chicago de devenir une ville encore plus connectée… avec ses citoyens au travers d’un projet à la croisée de la Culture libre et de la donnée numérique.

Chicago: plongée dans le futur de la U-City au service de ses habitants

Cet été data scientistes et architectes de Chicago ont travaillé ensemble pour initier une nouvelle forme d’infrastructure citoyenne, « The Arrays of Things » (AOT). Le concept est de déployer un réseau de détecteurs urbains connectés et interactifs capable de générer en temps réel des données sur notre environnement, nos infrastructures et l’activité de la ville.

C’est un projet pour la recherche et l’usage public. Il servira ainsi à mesurer les facteurs optimisant la qualité de vie en ville. Bruit, température, précipitations, vibrations, lumière, qualité de l’air, économie d’énergie, maîtrise de la consommation, autant de données qu’habituellement nous quantifions mais sans grande résolution. Ici toutes les 15 secondes les datas seront « libérés » (ouvertes, libres et gratuites) afin de permettre aux résidents de les réutiliser et de proposer de nouveaux services. A cet égard, des ateliers seront à leur disposition.

Véritable laboratoire ouvert, AOT fera lieu d’enquêtes data-scientistes permettant, par exemple, de déterminer les microclimats propres à chaque partie de la ville pour mieux gérer l’efficacité énergétique et aider à l’implantation d’énergies nouvelles.

Alors AOT, dessin d’un futur de la ville à la Minority Report ?

Une question anticipée puisqu’ils ont travaillé avec une école de design, la School of the Art Institute of Chicago (SAIC) afin de réaliser des ‘boîtes’ pour ces capteurs s’intégrant et ne dénaturant pas l’environnement urbain de la ville de Chicago.

Pour en savoir plus, c’est ICI dans la vidéo « Array of Things: a Fitbit for the city » du magazine Wired.