Depuis quelques années, Bordeaux fédère un écosystème d’entreprises qui travaillent sur le concept de Smart City, et repensent la mobilité, l’énergie ou le commerce grâce aux nouvelles technologies.

Afin de confirmer la tendance Ville Intelligente de la Perle de l’Aquitaine, les autorités bordelaises font appel à de nombreuses solutions innovantes en matière de numérique, notamment conçues pour une meilleure gestion du parc électrique. Au centre du projet, la construction de la jonction TGV entre Paris et Bordeaux et un quartier d’affaires international. André Delpont, responsable du développement économique pour l’établissement public d’aménagement qui chapeaute le projet, explique : « Notre travail, c’est de valoriser économiquement la ligne TGV. La question à laquelle on doit répondre, c’est : comment fait-on du business avec ça ? » L’idée est d’utiliser le chantier comme incubateur pour toute une série d’entreprises. « On propose notre projet comme champ d’innovation, d’expérimentation et en même temps comme marché à conquérir. Et ce n’est pas un petit marché. »

Le projet prévoit aussi la construction d’une large Cité du Numérique de 27.000 m² qui accueillera des start-up mais aussi des entreprises confirmées dès 2016. « Nous sommes des bétonneurs, mais nous créons aussi une communauté », conclut André Delpont.

Smart City, politique digitale assumée

La ville de Bordeaux s’est engagée sur la piste digitale depuis 8 ans déjà et la démarche a attiré de nombreux jeunes entrepreneurs. Marc Lafosse est à la fois élu de la Ville de Bordeaux et l’un d’eux. Dirigeant d’une jeune société spécialisée dans les énergies marines renouvelables, il est un témoin privilégié de l’effervescence bordelaise autour des nouvelles technologies. « Le numérique à Bordeaux a un certain âge, notamment pour les jeux vidéo. Il y avait donc un terrain fertile. Mais c’est depuis à peu près cinq ans qu’il y a une vraie émergence de tout un tas de start-up. » Il confirme l’ambition de la Ville de devenir une des cités les plus connectées d’Europe : « Si demain on devait discuter d’une nouvelle politique de mobilité, par exemple, cela passera forcément par une approche axée sur la «smart city».

S’il n’y a pas encore de méthode établie pour créer la ville intelligente de demain, Bordeaux met tout en œuvre pour se situer en tête parmi les grandes villes européennes.