Publiée en 2011 et établie dans une soixantaine de pays, la certification ISO 50001 est une norme internationale, non-obligatoire, qui complète les normes environnementales existantes. Elle propose une méthodologie et des solutions concrètes à destination de toutes les structures, publiques ou privées, petites ou grandes, pour une meilleure efficacité énergétique.

Un objectif en deux temps

La norme ISO 50001 est une boîte à outils pour une gestion efficace et un usage intelligent de l’énergie. Sa certification est fondée sur un principe : la mise en place d’un système de management de l’énergie visant à réduire la consommation des entreprises et des collectivités.

Cet objectif se définit en deux temps : réduire sa consommation d’énergie puis, par ricochet, participer à garantir l’accès à l’énergie pour tous à travers le monde. Une grande ambition qui commence directement au sein de chaque structure.

Si cette norme donne un cadre, elle ne donne cependant pas d’objectifs chiffrés. Chaque organisme y trouve une base pour entreprendre la démarche à son niveau et à son rythme. Si bien qu’aucun engagement dans l’ISO 50001 ne ressemble à un autre, autant dans la méthode que dans les travaux et les aménagements.

N’étant pas obligatoire, ceux qui s’y engagent le font par conviction, pour des résultats visibles. Cela se traduit par la mise en place d’un système de management de l’énergie, lequel entraîne des économies et un retour sur investissement à court et à long terme. Autrement dit, il s’agit d’inclure l’efficacité énergétique dans sa stratégie globale.

Établir en amont une politique générale de l’énergie

Suivre les recommandations de l’ISO 50001 suppose de faire des économies d’énergie et donc de renforcer sa compétitivité. Pour cela, il est essentiel pour la direction d’une structure de mettre en place en amont une véritable politique générale de l’énergie au sein de ses bâtiments et dans le cadre de sa production éventuelle. Ce qui implique aussi de mobiliser tous les acteurs de l’entreprise ou de la collectivité dans un même objectif.

Cette politique suppose également la nomination d’un Référent Énergie (ou Energy Manager). Il travaillera avec une équipe dont les compétences regrouperont tous les domaines concernés par les économies d’énergie (directeur technique, responsable de la maintenance, etc.).

Mettre en place un système de management de l’énergie

Le travail à accomplir n’étant pas toujours possible pour une personne interne à la structure, le Référent Énergie peut également être une personne extérieure. Comme, par exemple, dans le cadre d’une souscription à un contrat d’efficacité énergétique et de la mise en place d’un système innovant de management de l’énergie.

Les recommandations de la norme débutent par un état des lieux de la consommation énergétique à travers un audit, lequel peut aussi être réalisé à distance et donc à moindre coût. La norme a dans tous les cas pour base la consommation de référence : il s’agit d’une moyenne qui sert de repère pour la mise en place d’un plan d’action.

Notons par ailleurs que, depuis 2013, la loi DDADUE oblige les entreprises de plus de 250 salariés à effectuer un audit énergétique tous les 4 ans. Mais l’obtention de la certification ISO 50001 les exempte de cette démarche complémentaire. De la même manière, une entreprise qui a régulièrement effectué des audits et qui, d’une façon générale, suit sa consommation avec un système intelligent, n’a pas besoin de faire un audit pour être certifiée ISO 50001.

La certification en tant que telle

La certification ISO 50001 est toujours validée par un organisme indépendant. Elle offre bien sûr des avantages, en plus de ceux déjà apportés par les aménagements : elle permet de communiquer sur sa démarche et ses efforts auprès de ses actuels et futurs clients et de son public. Elle est aussi l’occasion de prendre en compte les analyses et les conclusions de l’auditeur extérieur pour améliorer encore son management de l’énergie.

Focus : l’obligation d’installer un système de comptage 

Le comptage de la consommation par poste est un élément inhérent à la certification ISO 50001 et à l’installation d’un système de management de l’énergie. S’engager dans cette norme signifie aussi entrer dans une amélioration continue de sa consommation énergétique.

Un monitoring constant des installations s’inscrit ainsi comme un outil primordial pour déterminer les postes énergivores et par conséquent les gaspillages, les mauvaises utilisations, les installations défectueuses, notamment avec une fonction d’alerte. Un monitoring digital, sécurisé, accessible en ligne par chaque personne habilitée, devient dès lors le meilleur outil de comptage en temps réel.

Le fait qu’elle ne soit pas obligatoire suscite des critiques. Cependant, la norme ISO 50001 est considérée par les structures qui se sont engagées comme un formidable accélérateur dans la mise en place de solutions pour faire des économies immédiates et durables. Soit une manière efficace de de participer activement à la transition énergétique !