L’électricité est de très loin la principale énergie utilisée pour produire de la lumière. De l’éclairage privé à l’éclairage public, son utilisation est quotidienne. Mais produire de la lumière à grande échelle comme nous le faisons est bien sûr très énergivore. Une jeune société française a trouvé un moyen de remplacer une partie des usages quotidiens de lumière “électrique” en éclairant à l’aide de micro-organismes vivants.

Inspiré de la nature

L’idée est venue de trois étudiants de l’ESCP en 2013, Sandra Rey, Karim Kotobi et Maëlle Chassard. Sandra Rey explique que «c’est en regardant un documentaire sur les fonds sous-marins et les poissons qui produisaient leur propre lumière que nous avons eu l’idée».

Le projet, baptisé Glowee, consiste à trouver un moyen d’éclairer sans utiliser d’énergie électrique. Dans ce sens, ils ont envisagé utiliser des micro-organismes vivants capables de produire leur propre lumière pour offrir un nouveau procédé d’éclairage. Glowee a créé de fines bulles dans lequel un liquide alimente les micro-organismes qui y sont enfermés.

De nombreuses entreprises ont contacté les trois étudiants et annonçant leur intérêt pour le produit de la start-up. Le premier prototype, d’une durée de vie très limité, sera prêt à l’été 2015. Mais «on peut imaginer créer des micro-écosystèmes autonomes dont la durée de vie serait beaucoup plus longue» affirme Sandra rey.

Usages multiple

Sans électricité, le procédé permet un éclairage «de l’intensité lumineuse d’une bougie ou d’une veilleuse». De plus, le système est transparent le jour et ne diffuse de lumière que la nuit. La technologie de Glowee ne peut donc pas remplacer l’électricité mais est adapté à de nombreux usages.

La technologie pourrait servir à éclairer les vitrines des magasins la nuit et permettre ainsi de contourner la loi en vigueur qui interdit l’éclairage nocturne. Le système pourrait aussi être utilisé pour l’éclairage public, comme celui des routes pas exemple qui ne demande pas une luminosité intense, ou pour des systèmes de signalétique.

Après avoir décroché un investissement de 100 000 dollars, la jeune société devrait bientôt lancer une levée de fond pour embaucher les équipes nécessaires à son développement. Sandra Rey explique qu’ils ont eu très rapidement “des propositions de clients potentiels qui se sont dits intéressés par le projet” par “ des acteurs d’une vingtaine de secteurs d’activité”. Un avenir prometteur pour cette jeune start-up.

 

Source : http://www.lefigaro.fr/entrepreneur/2015/01/24/09007-20150124ARTFIG00013-cette-start-up-vous-eclaire-grace-a-des-organismes-vivants.php