Chers visiteurs du futur, bienvenue à bord du Paris Smart City Bus ! Mon nom est Mathis, et je serai votre guide au cours de cette visite des mythiques Champs-Elysées. Comme vous le savez, cette avenue emblématique est devenue au cours des dernières décennies une vitrine de la révolution énergétique. Ses 1910 mètres ont été intégralement repensés pour présenter un bilan énergétique positif. Attachez votre ceinture, c’est parti ! Nous démarrons Place de la Concorde. Ce que vous voyez de part et d’autre de l’Avenue sont des échangeurs géothermiques. Ils puisent leur chaleur dans le Toit du Dogger, un bassin souterrain situé à 1 800 mètres de profondeur sous la capitale, chauffé naturellement à plus de 70 degrés. Cette source de chaleur inépuisable alimente les hôtels, restaurants et bureaux de l’avenue toute l’année à un prix beaucoup plus intéressant que le gaz. Aux Champs-Elysées, il y a de l’eau chaude à volonté, comme en Islande ! Nous progressons à présent vers le Rond-Point. Vous pouvez distinguer le long de la promenade des cuves « bleu saphir » – dessinées par de grands designers. Reliées au réseau de gouttières de l’avenue, elles servent à récupérer l’eau de pluie. L’eau est potable et son goût est très prisé pour sa pureté, depuis que les voitures à essence ne circulent plus dans Paris ! Les cuves « vert sapin », elles, produisent de l’électricité grâce aux déchets alimentaires des hôtels et restaurants, via le processus de « méthanisation ».

De l’éco-quartier à la Smart City

Regardez à droite : nous passons devant le numéro 60. Sur la façade, l’actuel propriétaire a installé une horloge énergétique géante qui permet de suivre la consommation électrique de l’avenue à tout moment. Les riverains reçoivent l’information en temps réel sur leur iWatch, où ils peuvent en plus consulter à tout moment l’équilibre énergétique de leur logement ou bureau, ainsi que l’état de charge de leur voiture électrique. L’ancêtre de cette horloge avait été installée il y a maintenant 21 ans dans une crèche du 12e arrondissement, crèche au sein de laquelle –pour la petite histoire-, votre serviteur a bafouillé ses premiers mots ! Cela n’empêche pas les magasins de garder leurs vitrines allumées la nuit. Comment ? Grâce aux datacenters du quartier de la Défense. La chaleur qu’ils émettent 24h/24 est convertie en électricité qui, via un réseau sous-terrain, vient alimenter tout le quartier. Et au cas où cela ne suffirait pas, les voitures électriques garées dans les parkings et les rues adjacentes, de la rue de Berri à la rue Marbeuf, sont là pour prendre le relais avec leurs batteries connectées au réseau. C’est la beauté de Paris Smart City : les rues et les quartiers équilibrent leur production et consommation d’électricité les uns en fonction des autres. Et nous voilà place de l’Etoile. Emerveillez-vous devant l’Arc de Triomphe surplombé de sa « Couronne Solaire », gigantesque voile photovoltaïque installée sur le toit en 2030 ! La parabole vient compléter les autres dispositifs de l’éco-quartier pour donner un bilan énergétique positif aux douze avenues partant de l’Etoile. A l’époque, le projet avait été très critiqué comme jadis la Pyramide du Louvre. Le temps a fait son œuvre et la Couronne s’est insérée dans le paysage parisien. Voilà, nous arrivons au terme de notre visite. J’espère que les Champs Elysées version 2035 vous ont plu. Des vélos hybrides conçus par le designer Starck III sont disponibles à la sortie du bus pour le retour à l’hôtel, et si vous avez des questions sur les énergies du futur, n’hésitez pas à venir les poser ici. A la prochaine sur Paris Smart City Tour, et n’oubliez pas, comme le dit la chanson : « au soleil, sous la pluie, à midi, à minuit, il y a toutes les énergies aux Champs-Elysées ! »