À l’université de Nanyang en Chine, le professeur Sun Xiaowei et son équipe ont annoncé avoir réussi à mettre en place une « smart window » écologique. La vitre intelligente, capable de modifier sa teinte, est auto-alimentée. Une nouvelle technologie qui pourrait permettre d’économiser beaucoup d’énergie mais qui rencontre encore des problèmes de coût.

Une consommation mieux maitrisée

Le principe d’une vitre intelligente réside dans sa capacité à modifier sa teinte en s’adaptant aux conditions. On parle de systèmes électro-chromes. Cela permet de diminuer drastiquement la consommation de chauffage et les besoins en luminosité. En 2010 aux États-Unis, le laboratoire national des énergies renouvelables estimait à 5% la réduction des coûts en électricité. Avec cette nouvelle vitre auto-alimentée, ce chiffre augmente.

En effet, les vitres électro-chromes consomment de manière générale assez peu d’énergie et permettent d’en économiser, mais elles en consomment tout de même.
L’équipe de l’université de Nanyang s’est acquitté de cet inconvénient grâce à l’auto-alimentation renouvelable. De plus, le professeur Sun Xiaowei précise que cette technologie « a une double fonctionnalité, c’est aussi une batterie transparente. Elle se recharge et devient bleue lorsque l’oxygène est présent dans le liquide conducteur. En d’autres mots, elle respire. » Concrètement, elle permettrait de stocker de l’énergie et pourrait alimenter des LED.

Un développement difficile

Une telle technologie permettrait d’économiser et de mieux gérer les dépenses énergétiques tout en en produisant proprement. Les bénéfices sont convainquant mais un obstacle majeur à une industrialisation de masse demeure : le prix.

Les vitres intelligentes coûtent chères. Les prix élevés d’installations sont souvent rédhibitoires lors de la construction d’un bâtiment, ce qui restreint la diffusion et la démocratisation de la technologie. “Le prix reste un des principaux freins pour une plus large adoption des technologies de vitres intelligentes,” résume Jason Holt, cofondateur de la startup californienne Heliotrope Technologies. Son entreprise travail à produire de nouvelles vitres intelligentes à très bas coût.

Heliotrope Technologies est aidé par le Laurence Berkeley National Laboratory dans ses recherches. La start-up aurait ainsi en main la solution au problème du prix des vitres électro-chromes et voudrait commercialiser très rapidement ces nouveaux produits.

 

Source : http://www.atelier.net/trends/articles/vitre-intelligente-moteur-reductions-energie_432869