Suite à un bilan provisionnel à l’horizon 2019, RTE, filiale d’EDF, prévient : il y aura de l’électricité cette hiver même pendant les heures de pointe mais ça pourrait être plus délicat en 2016-2017. Le bilan fait apparaître « une dégradation de la sécurité d’approvisionnement électrique en France durant les hivers allant de 2015 à 2018 », avec une pointe au cours de l’hiver 2016-2017. Il manquerait alors 2 000 mégawatts (MW) de capacité de production. Dominique Maillard, président du directoire de RTE, exclut cependant pratiquement tout risque de « black-out » – sauf accident. Et ces accidents coûtent cher : RTE calcule que le coût de 1 kilowattheure non distribué est 300 fois supérieur à celui de 1 kWh produit en raison des pertes occasionnées aux particuliers et aux entreprises. Début 2016, des centrales au charbon et au fioul devront fermer, à défaut de répondre aux normes environnementales européennes. Fin 2016, les deux réacteurs nucléaires de Fessenheim devraient fermer également. Selon M. Maillard les solutions sont limitées : « mettre aux normes » des centrales thermiques (charbon et fioul) ; redémarrer des cycles combinés gaz ; et « développer de nouvelles capacités d’effacement ». Source : Le Monde – Électricité : pourquoi l’approvisionnement de la France est menacé