« Je me suis rendu compte à quel point la lumière du soleil est profondément ancrée dans notre système biologique. » C’est le constat de Diva Tommei – jeune entrepreneuse avec un doctorat en biologie informatique à Cambridge, qui a eu l’idée de Lucy, un robot capable de capturer les rayons du soleil pour les diffuser dans les pièces les plus sombres. Une innovation à la croisée de la green-tech, de la performance énergétique et du design.

Lumière naturelle

Lucy – automate de la startup Solenica – faisait partie des 30 innovations de start-ups finalistes de la grande conférence Hello Tomorrow 2015 dans la catégorie Énergie & Environnement, qui avait lieu à la Cité des Sciences et de l’Industrie à la Villette. Proche du concept de la luminothérapie, ce petit robot a vocation à optimiser notre consommation d’énergie. Moins énergivore, plus puissant que les néons classiques, il fonctionne à l’aide de cellules photosensibles et utilise un petit miroir pour éclairer le plafond. D’une puissance équivalente à 200 lampes allogènes de 50 watts, il permettrait de remplacer la lumière artificielle. Lucy capte le soleil entrant et s’oriente automatiquement en fonction de la provenance du soleil – tel un tournesol. Ce dispositif est capable d’éclairer de grandes surfaces et ainsi de faire des économies d’énergie sur le long terme pour les bureaux. Un projet qui serait parfaitement complémentaire avec celui de PowerWindow – autre projet mis en avant à Hello Tomorrow. Celui-ci permet en effet aux fenêtres de générer de l’électricité photovoltaïque via un dispositif qui convertit une partie de l’énergie lumineuse en rayon infrarouge – rayons qui sont ensuite eux-mêmes convertis en électricité.